•  

    Une histoire écrite lors d'échanges sur un forum...

    Cette nuit un ange (insomniaque ?) m'a réveillé pour me souffler à l'oreille une légende, que je vais essayer de vous raconter.

    Il y a fort longtemps de cela, un homme partit à la recherche de poussières d'étoiles .

    Une âme en peine, piégée dans le corps d'un vieux loup , lui vint en aide. Ils finirent par en trouver , mais en infime quantité. Elles détenaient un pouvoir extraordinaire. Satisfait de sa collecte, il réfléchit a la meilleur façon de l'utiliser.

    Mais voila qu'il dut faire un choix inattendu. Quelqu'un d'autre ,en avait bien plus besoin que lui.

    Il prit alors, la décision de lui en faire cadeau. Les dieux tout puissants de l'univers eurent vent de la nouvelle.Qui avait osé chambouler les lois de la physique.
    Ils le menacèrent d'une malédiction, en cas d'usage.

    Il était dorénavant maître de son destin.
    Mais il décida quand même d'en faire don ,et le dieu désastre, dans un excès de colère, mit sa menace a exécution .
    Il fut condamné à errer, à entendre sans rien dire , à regarder sans être vu.
    Disparaître pour laisser apparaître....
    De temps en temps, on lui laissait un répit, Il pouvait de nouveau se matérialiser pour un instant, un instant seulement.

    Alors ici ou ailleurs, dans cette vie ou une autre , vous le rencontrerez furtivement. Et c'est bien mieux ainsi.

    Heureusement ce n'est qu'une légende.....

     

     

    Je me posais la question ,comment pouvait on représenter les poussières d'étoile. Alors je vais essayer tant bien que mal,de vous donner un aperçu....
    GDS, je me souviens avoir posé, un jour, ma tête sur votre épaule, aujourd'hui je vous prendrais par la main,pour cinq minutes, cinq petites minutes .
    Donc, nous entrons dans une autre dimension ,dans le monde magique des boules à neige.
    Que ce soit par la forme ronde un peu allongée et aussi bien que par son contenu, nous pourrions imaginer que cela représente notre première demeure, là où nous avons passé nos neuf premiers mois.

    Une fois que la métamorphose est opérée, sans aucune appréhension , nous en franchissons la porte,et ce monde qui paraissait si petit , devient immensément grand. Un simple décor qui ressemble tout a coup au continent perdu qu'était l'Atlantide.Nous retrouvons le regard, et la curiosité de notre enfance, et la peur de s'égarer dans ce monde inconnu.Alors nous attendons sagement,la naissance des premières poussières d'étoiles. Les notes douces d'une harpe accompagnent les premiers scintillements sur le sol,et en levant les yeux, nous apercevons cette pluie aux éclats ,aussi brillants que pour le plus beau des diamant.Ils dégagent le feu de la vie. Mais tout cela n'a aucun prix.
    On peut essayer de les attraper, lever les bras pour toucher le ciel du bout des doigts, nous n'en ressentons que la chaleur.....

    Tous les voyages ont une fin, tous les trains s'arrêtent dans une gare. Il en va de même pour les mots.

    Les cinq minutes sont derrières nous.

    Antoine le 1 Mars 2009

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires