• Monde-perd-la-tete.jpg

    Le mystère prend corps et des têtes vont tomber...

    - Frank tu m'entends ? Je suis là, tout prés de toi...

    Écoutes le son de ma voix, sens le souffle de mon haleine dans ton cou...

    Tu frissones ? C'est que j'aime ça !

    Pas toi ?

     

    ******

    Une semaine passa...

    Bloqués dans cet enfer, les tensions commençaient à se faire ressentir.
    Tout c'était assez bien passé jusqu'au jour où...de la nourriture disparue.
    Évidement, comme dans toutes ces histoires que l'on peut regarder à la télé, c'est toujours par là que commencent les problèmes...
    L'état de nervosité de Charles
    m'inquiétait sacrément. Ses mains tremblaient, des spasmes secouaient son corps...De bien mauvais signes...
    Le soir venu, nous nous couchions chacun dans un coin de ce petit espace. On ne se faisait plus confiance.
    Une question me turlupinait...Charles et Marie ne pouvait pas être ce qu'ils prétendaient, mais alors, qu'est ce qu'ils pouvaient bien mijoter ?
    Tout a coup, j'eus un flash. Je réveillais Brutus pour le tenir au courant.

    - Eh la brute ! tu ne trouves pas louche les relations qu'entretiennent Marie et Charly..
    - je te l'ai déjà dit, j'en ai rien à cirer.
    - sauf que...qui nous a laissé tomber un moment donné, juste avant les explosions...

    Brutus releva son buste d'un coup si sec, qu'il failli me mettre un coup de boule...

    - ouais c'est possible, mais qu'elles seraient leurs intentions ?
    - ok, on en rediscute demain. Mais ma théorie... elle tient la route, n'est ce pas ?
    Brutus me regarda, haussa les épaules et se recoucha. Il me laissait en plant.

    Plusieurs fois dans la nuit cette question me réveilla. Quand enfin, je pus m'endormir pour de bon... un cri terrifiant me réveilla.
    Marie tenait Charles dans ses bras. Couverte de sang, elle pleurait.
    Me voila baignant dans une bien drôle d'histoire. Je n'étais pas au bout de mes surprises.

    - salaud ! c'est toi qui l'as tué !

    Je me pris cette accusation en pleine figure. Pas le temps d'immerger de mes songes que me voila accusé de meurtre. Je commençais à répondre quand...

    - tu es complètement folle, pourquoi l'aurais je tué ?
    - tu lui devais du fric ! En te débarrassant de lui tu n'as du coup plus aucune dette...Ce putain de fric, tu ne l'avais pas...
    - là tu te plantes ! le fric que je lui ai rendu. Il t'avait rien dit le FRANGIIIIN ?
    C'est pas bien ça...
    Au fait, tu chiales parce qu'il a passé l'arme à gauche ? à moins que ce soit pour une tout autre raison...
    - tu la fermes ta grande gueule, espèce de connard...

    Je n'avais jamais vu Marie énervée, mais là ! je ne la reconnaissais pas. J'avais en face de moi une étrangère....

    - bon qu'est qu'on va faire du corps ?

    La question de la fouine m'étonna.

    - tu comptes en faire quoi ? lui répondis je.
    - on pourrait l'enterrer !
    Vous comprenez, n'est ce pas ? C'est que je ne veux pas d'histoire avec la police...
    - essaies déjà par creuser un trou, tu m'en dira des nouvelles !
    La fouine t'as quelque chose à cacher, à te reprocher ? lui demandais je.
    - nooon , non c'est pas ça..mais qu'est ce que tu vas penser là...
    Eh minute, je suis pour rien dans cette histoire.
    J'étais même pas au courant pour le fric et les bijoux...
    Et puis merde, j'étais au courant de rien.
    - espèce d'idiot ! de quoi tu parles ?
    - Marie tu fais chier ! Je t'ai dis que j'étais au courant de rien ! Ok ! on en reste là.

    La fouine pointa un doigt menaçant en direction de Marie. Nous n'avions plus une seule folle furieuse, mais deux.
    Brutus n'avait toujours pas pipé mot, mais son regard en disait long...

    A Suivre....JS

    Google Bookmarks

    votre commentaire