• En.... quête de vérité (deuxième partie et probablement la dernière)

     

    - (Jim) pour cette suite, on garde les mêmes rôles ?

    - (Jan) oui Jim, les dés pipés ne mentent jamais... On ira donc au bout de notre quête tel qu'ils nous l'auront imposé.

    - (Janette) votre intro est assez effrayante.

    Vous avez lu la bonne nouvelle ? Carla est enceinte, c'est confirmé par des proches.

    - (Jim) ne dit on pas que la naissance d'un enfant coïncide souvent avec la mort d'un...

    - (Jan) vous ne pensez pas que Jim est plus flippant que moi ! D'un autre coté, ces deux nouvelles se font face et pourraient influencer le cours des choses. Qui sait, les français se laisseront peut être attendrir par la naissance d'un enfant. Le timing est parfait...

    - (Janette) allons donc... les dés sont jetés. Nous connaissons par avance la finalité : Nicolas sera à nouveau président.

    - (Jim) à qui appartiennent les dés Jan ? à Janette ?

    - (Jan) cessez vos querelles partisanes et revenons à l'affaire DSK ; la chambre d'hôtel ne coûtait pas pas de 3000 euros la nuit mais plutôt quelques centaines d'euros. La blonde ne le serait peut être plus et un mystèreux ami pourrait témoigner de sa présence auprès de DSK aux heures cruciales.

    - (Jim) je vous l'avais bien dit, c'est un complot ! et puis une femme de ménage restera un femme de ménage. Comparé à un homme tel que Dominique...

    - (Janette) cessez d'écouter ces personnes qui n'ont même pas un once de compassion pour cette pauvre femme. Peut être qu'elle ment, mais peut être dit elle la vérité. On ne doit pas juger une personne par rapport à son rang... Vous imaginez un monde où les hommes d'affaires et politiques auraient toujours raison ? quoi qu'ils fassent...

    - (Jan) pourtant c'est bien ce que l'on entend ces derniers jours.

    - (Janette) c'est typiquement français. La volonté des juges américains d'aller jusqu'au bout de cette affaire nous choque. En France, il serait déjà libre et probablement blanchi...

    - (Jan) vous marquez un point Janette.

    - (Janette) seulement un point ? j'ai toujours raison que cela vous plaise ou non.

    - (Jan) la théorie du complot ne peut être écarté !

    - (Janette) vous l'imaginez donner rendez un vous à cette jeune personne puis qu'ensuite, elle se retourne contre lui pour de l'argent ?

    - (Jan)  qu'est ce que j'en sais !

    - (Jim)  sous cet angle ? je ne sais pas. Il existe tant d'hypothèses... dont le mensonge de cette femme...

    - (Jan) nous parlons beaucoup, sans une véritable connaissance du dossier.... Et si l'acharnement des juges américains sonnait comme une sorte de représailles après leur camouflet dans l'affaire Polanski !

    - (Janette) le comportement de nos intellectuels et politiques fut catastrophique ; le grand cinéaste avait droit à un traitement de faveur, quant à la victime, tout le monde s'en foutait...

    - (Jim) cette histoire me retourne l'estomac.

    - (Janette) laquelle ? Pauvre de nous, qu'allons nous devenir !

    - (Jan) les hommes et femmes politiques qui soutiennent DSK méritent une sanction électorale. On ne peut tolérer un instant qu'ils puissent décider, par pure sympathie pour DSK, que cette jeune personne soit à coup sûr "coupable". Ils peuvent émettre des doutes, s'interroger sur des troublantes circonstances mais...

    - (Jim) tu es bien dur Jan.

    - (Jan) je ne pense pas, un Homme politique doit savoir affronter un choc et le négocier au mieux pour l'intérêt du pays. Une personne qui laisse une trop grande place à l'émotionnel n'est pas crédible, politiquement parlant.

    - (Janette) d'un autre coté, si DSK s'en sort et qu'il venait à gagner les élections, ils seraient bien placés pour un poste de choix.

    - (Jan) à l'heure actuelle, c'est un mauvais calcul Janette. J'espère vraiment que cette idée ne leur aura pas effleuré l'esprit... oui, je l'espère vraiment...

     

    JS

     

    Pour conclure cet article, deux extraits publiés sur www.20minutes.fr... qui tranchent avec le consensus entendu ces dernières quarante huit heures...


    Dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Olivier Picard remarque que «le petit monde politico-médiatique parisien pourrait s’interroger sur sa fâcheuse tendance à minimiser, ou à tolérer, les comportements limite (fric ou sexe ou les deux) de ses élites. Depuis des années, le personnel politique et nombre de journalistes étaient parfaitement au courant des "petites faiblesses" de DSK». Même interrogation dans La Montagne, dans laquelle Daniel Ruiz se dit forcé «de constater qu’un DSKgate n’est possible en France que lorsqu’il part des États-Unis».

    Philippe Waucampt écrit même dans Le Républicain lorrain que se pose la question de l'omerta sur «sa relation obsessionnelle aux femmes qui n'était un secret pour personne». «Tout le monde a réalisé que c'est ce silence complaisant qui a conduit DSK - et notre réputation avec - là où il est.» Mais, souligne comme en écho Jacques Camus (La République du Centre), «attendre que DSK soit à terre pour briser l’omerta est indigne».

    Google Bookmarks

    votre commentaire