• Premièrement, choisir un titre. Ensuite, exploiter l'actualité. Mais surtout, ne pas en perdre la tête, ni se prendre trop au sérieux.

     

    - (Jan) cui cui, cui...

    - (Jim) tu fais quoi Jan ! tu te prends pour un oiseau ?

    - (Jan) regarde ce pauvre canari perché sur la branche ! il s'est échappé de sa cage. Pour le coup, il va mourir...

    - (Jim) bien triste destin. Il faut qu'il retrouve une prison.

    - (Jan) au mieux, si on lui laisse une cage ouverte à l'endroit où il s'est échappé, il peut revenir chercher sa nourriture. Il faut être patient.

    Le pire est  d'essayer de le rattraper car il prend peur et il fuit.

     

    Qui va prendre la parole, faire la transition pour décrire l'invraisemblable, l'horreur à l'état pur...

     

    - (Janette) le monde devient fou. Aux îles Canaries, dans un supermarché, un jeune homme a décapité une femme de 60 ans, puis a pris la fuite avec son trophée.

    - (Jim) le monde ne tourne plus rond...

    - (Jan) parlons d'un sujet plus léger, le ballon rond et l'affaire Laurent Blanc. Cette histoire tourne au drame national, tout le monde "pleure", tout le monde regrette ses propos... 

    - (Jim) si c'est ça le sport !

    - (Janette) j'aime bien regarder les match de foot... Ils ont de si belles jambes.

    - (Jan) ça m'en fait une belle....

     

    Incohérence. Les mecs sont plus portés sur la chose. Ils bavent devant le moindre décolleté, une jupe un peu trop fendue... Quoique, les choses changent, les femmes s'intéressent parfois aux "futilités". Faut surtout être à la mode...


    - (Jim) tu vois pas qu'elle nous taquine !

    - (Janette) pas du tout, je suis sérieuse.

    Pauvre sélectionneur, hier soir sur TF1, il m'avait l'air si sincère ! Il y a des signes qui ne trompent pas : fatigué il l'était, tendu aussi...

    - (Jan) ok, mais alors il y a certains propos que l'on doit pas tenir. J'irai même plus loin, j'ai comme l'impression que l'on ne doit plus tenir aucun propos.

    - (Janette) vous n'avez pas complètement tort. Un "noir" a le droit de dire qu'il y a trop de blanc mais inversement, un Blanc ne doit pas...

    - (Jim) ne vous emballez pas Janette, je ne pense pas que Jan souhaitait dire cela.

    - (Janette) alors qu'il soit plus clair...

    - (Jan) attention Janette, c'est de la discrimination. Vous parlez de ma couleur de peau.

    Je voulais simplement dire qu'il existe une forme de censure décidée par les défenseurs de la liberté d'expression.

    - (Janette) par exemple l'histoire de ce jeune tué à cause de ses cheveux longs ?

    - (Jan) je ne sais pas si c'est le bon exemple mais je trouve que la raison invoquée me parait franchement un peu tirée par les cheveux.

    - (Jim) alors, c'est quoi la véritable raison ?

    - (Jan) chut... les défenseurs de la liberté d'expression veillent, donc je ne peux m'exprimer plus longuement....

    - (Janette) mais dans quel monde on vit ! si maintenant on a peur de s'exprimer, comment allons nous savoir qui a tort, qui a raison.

    - (Jim) je pense que le bas blesse lorsque l'on a raison. N'est pas ce pas Jan !

    - (Jan) exactement.

    (Janette) décidément, c'était pas la semaine des Laurents...  Wauquiez a osé dire tout haut ce que pensaient des millions de personnes.

    - (Jim) hi hi hi, il en pris pour son grade.

    (Janette) je trouve cela injuste. Nous savons bien qu'il est anormal que des gens touchent plus d'argent sans rien faire alors que les pauvres travailleurs...

    - (Jim) depuis quand vous défendez les travailleurs. Ce n'est pas en votant pour la droite que vous arrangerez leur quotidien.

    - (Janette) en attendant les chiffres de la croissance française sont bons.

    - (Jim) ne dites surtout pas que la forte poussée de ce premier trimestre est à mettre en relation avec le gouvernement de Nicolas Sarkozy. La France surfe sur une tendance, un point c'est tout.

     

    Avertissement : comment parler d'un sujet très grave, la mort au "volant", sans avoir envie de "rire"...

     

    - (Jan) vous avez entendu les fabriquants d'avertisseurs ? C'est à croire qu'ils nous appelleraient a faire la révolution pour protéger leur business.

    - (Jim) ils n'ont pas totalement tort, si cela permet de ralentir grâce au petit bip sonore :

    " Attention, vous roulez trop vite"

    - (Janette) c'est plus un bip, c'est un ange qui veille sur vous et qui vous parle dans le creux l'oreille !

    Que l'on soit averti lorsque l'on dépasse la vitesse autorisée je veux bien, mais que l'on vous indique que des radars vont pointer leur nez, je ne peux l'admettre.

    - (Jan) une chose est certaine, d'après eux, si le gouvernement décidait d'aller jusqu'au bout en interdisant les ralentisseurs, il paraîtrait que le chômage toucherait de plein fouet la France.

    - (Jim) ne soit pas si désinvolte Jan, l'emploi de milliers de personnes est en jeu...

    - (Janette) Jim, pour vous la vie de milliers de conducteurs et passagers ne compte pas ?

     

    Si la transition entre "le point c'est tout" de Jim et le permis à point de Jan fut parfaite, il manque dans le texte une petite expression qui aurait pu designer un état d'esprit : coyote

    Cela vient du fait que l'un des fabriquant d'avertisseurs s'appellerait...

     

    NB  : le narrateur se trompe avec une autre expression : chacal.

     

    - (Janette) vous transition était parfaite ! vous n'avez pas les chevilles qui enflent ?

    - (Jan) ce qui est parfait serait plutôt...

    - (Jim) ...vous Janette. N'attendez pas que Jan vous fasse des compliments, il est un peu coincé... Mais je sais qu'il vous aime bien.

    - (Jan) tu es vraiment un hypocrite. Te servir de moi pour faire passer un message...

    Je te retiens Jim, je te retiens... plus pour très longtemps.

    - (Janette) au fait Jim, j'aime beaucoup vos jambes pas très musclées. Pensez à faire un peu de sport de temps en temps....

    JS

    Google Bookmarks

    votre commentaire