•  

     

    Chapitre 2 / 5

    Saint Etienne, 17 fevrier ..87

     

    Mon ami Alexandre,

    De recevoir votre lettre, cela m'a t-il rendu heureuse ? Je ne pourrais le dire. Par contre, je trouve assez indélicat de votre part d'entrer à nouveau dans ma vie sans crier garde, et surtout sans vous soucier de la réaction de mon époux.

    Je ne manque de rien sans pour autant connaître le bonheur.

    Je n'aurais connu qu'un véritable amour et celui-ci s'est échappé le jour d'une balade équestre. J'aurai dû voir un signe du destin dans la perte de ce fer à cheval. L'amour perdait son U et la mort dans l'âme, je devais de me résigner .

    Trop longtemps, je ne cessais de pleurer en pensant à vous.

    La vie m'aura toutefois fait un magnifique cadeau en me donnant deux adorables enfants.

    Mon époux est un homme généreux, un peu trop d'ailleurs. Ses affaires fonctionnent à merveille, les revenus sont réguliers et conséquents.

    Cela ravirait tant de femmes, ce qui est loin d'être mon cas.

    Ses journées finissent dans un lieu où l'alcool coule à flot et les femmes peu regardantes sur la situation matrimoniale des hommes qui s'attardent sur leur fessier.

    Vous et moi sommes nés pour vivre en cage. 

    La votre s'est ouverte le jour où la mienne se refermait.

    Nous aurions pourtant pu prendre notre envol et connaître les joies de la vie à deux.

    Enfin, ceci je l'ai eu cru, mais force est de constater que j'étais dans l'erreur.

    Je vous souhaite de rencontrer la personne qui sera vous comprendre et partager les délices de la vie, même si je doute sur votre capacité à comprendre ce que pense une femme aimante.

    Je ne vous dirais pas adieu, l'ayant personnellement fait depuis longtemps.

    Certains croient à une vie après la mort, à la réincarnation. Si cela s'avérait, je prie les dieux pour ne jamais plus vous revoir.

    Pourtant, eux seuls savent combien vous avez compté pour moi.

    Doriane

     

     Antoine le 13/08/2011
    Dans le Cycle : les brèves histoires de l’inconscience vous pourriez aussi lire : C'est d'ici que je vous écris (Amour et Désespoir) 3/5

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire