• C'est ici que se termine l'histoire des enfants de l'atome

     

    "Même une poule, aussi docile soit-elle, quand elle est attachée, se débat." Lao She

    Les enfants de l'atome

    Livre I Chapitre 10

    Cycle : les arrache-coeurs (contes et nouvelles du 21 ème siècle)

    Prologue :

    Dans cette bâtisse qui réunissait des amis venus des quatre coins du monde, le froid glacial qui accompagne la mort s’installe sur les braises d'un désir qui se consume, qui s’étiole, pour finir par s’éteindre et ne laisser place qu'à la noirceur des âmes.

    Agenouillés devant l'autel où les offrandes destinées à la divine vérité se décomposent, se putréfient, les enfants de l'atome ont peur. Pourtant, dans un dernier sursaut, ils s’autorisent une dernière réflexion, une dernière pensée...


     Acte 1:

    Les enfants de l'atome regrettent le bon vieux temps où, seuls les écrans cathodiques retenaient leur attention. Scotchés du matin au soir devant leur téléviseur, ils ingurgitaient des images, qui soit dit en passant étaient bien plus "belles" que celles que l'on diffuse en ces temps troubles. Feu la censure, après un tri minutieux, dégurgitait ce qui lui semblait être comestible pour des jeunes cerveaux en formation. Pauvres parents qui découvraient un nouveau monde, un nouveau mode de communication qui, leur promettront-on, rendrait leurs enfants plus intelligents, plus obéissants, plus sages. Certes, ils gagnaient en tranquillité mais leurs progénitures étaient ainsi servi en pâture à des ogres toujours plus affamés... en docilité, servitude en tout genre.

    Carré blanc, rectangle blanc, les images proposées ne plaisaient pas toujours aux vieux sages à qui les singes n'avaient pas appris à faire la grimace. Des images pas très catholiques, une transmission cathodiques, une communication chaotique.  

    On utilisa un jour les antonymes de chaos pour transmettre une information top secrète : Il devenait clair que les écrans cathodiques serviraient une organisation afin de préserver l'harmonie, le maintien de l'ordre

    Nul ne connaissait l'auteur du message, ni à qui il s'adressait.

    Acte 2:

    Si depuis toujours les enfants non reconnus du système sont convaincus que l'union fait la force, les voilà pour le coup contrariés, divisés. De l'union de deux êtres amoureux de la vie, devrait naitre une progéniture qui hériterait du meilleur de chacun. Malheureusement dans ce jeu de société que l'on veut déstructuré, ils ne sont que les piètres pièces d'un puzzle où certaines d’entre elles sont volontairement perdues dans un puits sans fond, sans fondement. Évidement, le spectacle de guignol ne pouvait se tenir sans marionnettiste que l'on nommera "On". Composé par un ensemble de personnes qui partagent des intérêts communs, "On" savait tenir de beaux discours qu'il exhortait de mettre en pratique, du moins, qu'ils leurs exhortaient de mettre en pratique sachant que la vérité se trouvait ailleurs et qu'il valait mieux, pour être heureux, faire le contraire.

    "On" côtoie les gens riches et influents tout en laissant croire qu'il ne les aime pas, qu'il est du coté des braves gens. Bref, pour faire court, "On" possède plus d'un tour dans son sac qu'il remplit à vue d'œil tout en vidant les bourses de ses "protégés".

    "On" manie avec force et dextérité le bâton qui met les coups lorsque la carotte fictive n'a plus aucune efficacité. 

    Montez le son, regardez les images. Laissez-vous bercer, berner par la représentation faite par des présentateurs dévoués à la cause de "On".

    "On"soigne la démocratie, la défend, la propage, la partage. 
    "On"perpétue les bonnes manières, les bonnes matières. 
    "On"enseigne la sagesse. Immortalise les hommes et femmes d'honneurs, négocie la paix. 
    "On"infuse, diffuse son savoir.
    "On"fournit les livres, les fournitures, les programmes, la clefs des songes car...
     ... qui oserait contredire "On". Qui oserait lui dire qu'il contamine la pensée, qu'il inocule le poison, qu'il détourne l'attention, qu'il éloigne les gens des uns des autres, qu'il les aliène. 

    Aliène, alien, étranger pour sa propre espèce si, si... si on ne s'agenouille pas devant "On". Si par malheur on brise la chaine qui relie les Hommes aux Hommes. A moins que, tout cela soit virtuel. Ne serions-nous que des images retransmises sur les écrans de la vie ?
     
    Acte 3:

    Ce soir les enfants de l'atome s'interrogent sur les motivations de "On", sur sa stratégie mais patience, à bout de course "On" finira bien par dévoiler ses mauvaises intentions sans pour autant que cela n'émeuve les...

    Quand, tout à coup, l’angoisse qui, en cette sombre soirée sans lune habitait, hantait les enfants de l'atome prit l'apparence d'une bombe bien supérieure à la puissance de celle larguée sur Hiroshima.

    Puis... le silence.

    Un silence assourdissant planait sur les restes calcinés de ces pauvres âmes en peine.

    "On", bien informé, anticipa le replie, prit les devants, avança l'heure H. Tout devait disparaitre et tout disparut. Les bourreaux toucheraient leurs soldes, les tourtereaux continueront de faire semblant de s'aimer et, dans une orchestration parfaite, au rythme choisit par "On", ils danseront pour oublier que l'animation, que les méthodes, les moyens seraient décidés ailleurs contre l'avis même des personnes les plus concernées. 

    Épilogue: Ainsi s’achève le livre I des enfants de l'atome, qui par contraction, par obligation deviendront les "fantômes".

    A suivre le Livre 2...

     

     Antoine le 21 Février 2016

    « Correspondances : L'amour à l'heure du numériqueLes paroles s'envolent, les écrits restent.... »
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :