•  

     

    Charade  (****/5) 

    Film de suspense durée : 1h50 Année : 1963 Réalisateur : Stanley Donen
    avec : Cary Grant (Peter Joshua) , Audrey Hepburn (Regina Lambert)
     
    A l'ambassade américaine de Paris, Regina Lambert apprend de la bouche de Hamilton Bartholomew, un agent de la CIA, que son défunt mari et quatre complices ont dérobé 250 000 dollars pendant la guerre. Avant de mourir, Charles Lambert a eu l'occasion de récupérer, puis de cacher le magot. Ses complices, persuadés que Regina peut leur indiquer précisément la cachette du butin, tentent de la faire parler par tous les moyens. La jeune femme trouve protection auprès de Peter Joshua, un Américain rencontré par hasard à Megève, aux sports d'hiver. L'individu semble toutefois ne rien ignorer de l'affaire, et surtout des 250 000 dollars...

     

    Charade.jpg

     

    Synopsis : Regina Lampert est à Megève pour les sports d'hiver, elle a pris la décision de divorcer, elle fait la connaissance de Peter Joshua. À son retour à Paris, elle découvre son appartement dévasté et vidé de ses meubles et de ses animaux de compagnie (chats et chiens). L'inspecteur Grandpierre lui apprend l'assassinat de son mari dans un train alors qu'il se préparait à partir vers l'Amérique du Sud. Fait troublant, on a retrouvé quatre passeports différents à son nom. En fait, Reggie ne sait rien de son mari, ni de sa famille, ni de son travail.

    L'agent Bartholomew de la CIA lui apprend que pendant la Seconde Guerre mondiale, son mari et quatre complices ont volé 250 000 dollars US, destinés à financer la Résistance française. Arrêtés par les Allemands, l’un des résistants, Dyle, a été abattu.

    Reggie est poursuivie par les complices du forfait, ceux-ci étant persuadés que son mari lui a transmis le butin. Elle s’appuie sur Joshua, l’homme rencontré à Megève, mais il s’avère qu'il est de connivence avec les voleurs. De plus, elle lui découvre successivement plusieurs identités. Ses poursuivants sont mystérieusement assassinés les uns après les autres et les recherches révèlent le secret du butin : l'argent a été converti en trois timbres de collection.

    Au final, l’agent Bartholomew de la CIA n’est autre que le complice que tout le monde croyait mort, et Peter Joshua appartient aux services secrets américains. La restitution donne lieu à une demande en mariage.

     

    Ce que j'en ai pensé : ça pourrait ressembler à du Hitchcock... version comédie divertissante.

    Malgré un scénario un peu léger, ce film un peu "timbré" nous offre de bons moments cinématographiques.

    Ce long métrage qui réuni à l'écran pour la première et dernière fois le duo Cary Grant, Audrey Hepburn, à malgré tout quelques petites faiblesses qui n'altèrent en rien l'intérêt du film.

    Les deux acteurs interprètent admirablement leur rôle et c'est bien dommage que malgré la requête de Cary Grant, ils ne tournèrent pas d'autres films ensemble.

     

    **********

        

    L'ennemi public n°1  (***/5)

    Film comédie durée : 1h50 année : 1953. Réalisateur : Henri Verneuil
    avec : Fernandel (Joe Calvet) , Zsa Zsa Gabor (Lola la blonde)

      L-ennemi-public-N-1-copie-1.jpg

     

    Joe Calvet, employé d'un grand magasin new-yorkais, n'a pas de chance. Frappé d'une forte myopie, il accumule les maladresses et déclenche toute une série de catastrophes qui lui valent finalement d'être renvoyé. Dépité, il décide de se changer les idées. Il entre alors dans un cinéma. Mais quand il en sort, il emporte par mégarde l'imperméable de son voisin, un tueur recherché par la police. Dans le métro, Joe retire machinalement un objet de sa poche. Il s'agit d'un revolver. Le prenant pour l'ennemi public numéro un, la police se lance à ses trousses. Entraîné dans une série d'aventures rocambolesques, il commence à changer de personnalité...

     

     

     

     

     

    Ce que j'en ai pensé : Sous l'oeil et la caméra du grand réalisateur Henri Verneil, Fernandel ne tournera pas ici son plus grand film mais sera toujours égal à lui même c'est à dire excellent.

    J'ai lu quelques critiques assez sévères au sujet de ce long métrage dont je ne tiendrais aucunement compte. Si à travers " l'ennemi numéro 1 " il est peint une certaine vision de la société américaine de l'époque, ce film procure avant tout un agréable moment de détente. Fernandel se prend au jeu sous l'image terrifiante d'un gangster qui nous fera si ce n'est rire, au moins sourire.... En sommes, un bon film de divertissement...

     


    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique