• De W.Ginet à Ginette, en passant par les gilets jaunes et les gillettes oranges jetables

     

    Demain il est peu probable que l’on rase gratis mais en attendant... on vous tond.

    Il fut un temps où dans cet espace temps et tant décrié , les 3 J parlaient économie, politique et sentiments en tout genre. De peur de vous pomper l'air, et cela bien avant que le gouvernement décide d’augmenter la taxe sur les carburants, ce minuscule monde virtuel perdu dans les méandres de votre inconscience disparaissait afin de renaitre ailleurs mais voilà... certains rêvent et s'inventent des songes merveilleux sur un continent où règne le chaos. Le mensonge est légion et les légions à pied d’œuvre...

     

     (Jim) - C'est quoi cette intro Jan ! On se croirait en plein cœur du cycle les arrache-coeurs.

    (Janette) - Enfin, un niveau très en dessous d’après moi. D'ailleurs pourquoi ce si long silence. Plus aucune nouvelle, pas même de simples signaux de fumée. Le temps des explications serait-il enfin venu ?

    (Jan) - Pas encore. Un sujet bien plus important devrait retenir toute notre attention : les gilets jaunes.

    (Janette) - Au fait, c'est qui Ginette ?

    (Jim) - Faisons d'une pierre deux coup. W.Ginet vous le connaissez d'où ?

    (Jan) - Vous l'aurez compris, la machine cérébrale a du mal à redémarrer alors soyez indulgent sur mes explications. W.Ginet est  un nantis anti gilets jaunes. Un type qui veut protéger son capital bien que l’idée du partage ne le laisse pas insensible tant que c'est l'argent des autres qui est en jeu. Quant à Ginette, elle passe son temps sur les ronds-points à défaut de quelques passes qui lui permettaient de remplir son frigo. Évidement, ces deux personnages sont issus de mon imagination.

    (Janette) - La barbe les gilets jaunes. Des petits branleurs qui n'ont rien d'autres à faire que d'enquiquiner les braves travailleurs, les PME, les commerçants.

    (Jim) - Waou ! C'est un retour en fanfare ! Voila que Janette perd ses bonnes manières. D'ici la fin de ce court chapitre si ça se trouve, elle va même nous dire un ou deux gros mots.

    (Janette) - A c'est sûr que vous l'anarchiste, ce bordel vous réjouit mais malgré vos croyances soyez de bonne foi, tous ces gens veulent profiter du système. Payer à ne rien glan.... faire. Si c'est cela leur vision d'un monde meilleur, allons y gaiement au casse pipe.

    (Jan) - Voyez vous Janette, Jim, vous connaissez le fond de ma pensée, n'a pas toujours tort.

    (Jim) - Un argument à vous rompre le cou et vous coupez le sifflet ma très chère Janette.

    (Janette) - Je ne vous connaissais pas misogyne Jan. De la part de Jim, cela ne m’étonne guère mais de la votre...

    (Jan) - Mais le problème, voyez vous Janette, c'est que vous aussi vous n'avez pas toujours tord.

    (Jim) - Et vlan ! Prends toi ça dans la gueule Jim. Jan est un faux-cul.

    (Janette) - Tout a fait d'accord Jim. Un vrai faux-cul ce Jan.

    (Jan) - Je comprends beaucoup mieux pourquoi, j'avais décidé de vous marier tous les deux. Vous êtes vraiment fait pour vous entendre.

    (Janette et Jim) - C'est quoi cette histoire ? Voila que les principaux intéressés ne sont même pas au courant.

    (Jan) - Je vous dévoilerais tout ça à la fin de ce chapitre. Ce qui m’inquiète au plus haut point voyez-vous, c'est la division qui règne en France tout d'abord, en Europe ensuite. Et bien entendu, la contagion envahit le Monde. Que la taxe sur les carburants augmente, je trouve cela sain. Le monde étouffe, l'air est saturé. Par contre, que l'on ferme les yeux sur la misère, sur la souffrance qui ronge lentement mais surement des milliers, que dis-je, des millions de personnes me parait assez révoltant.

    (Janette) - Et que voulez vous que l'on y fasse ? Chacun ses problèmes. Vous croyez que nous les riches n'avons pas de soucis ?

    (Jim) - Décidément, c'est le jour des révélations. Janette reconnait enfin qu'elle est bourrée aux As. Évidement, cela doit être angoissant de gérer des millions d'euros. Imaginez que demain vous ayez sur vos comptes en banque 10 euros de moins sur vos 50 millions qui y dorment. Ou même, que vos amis que vous détestez tant deviennent plus riches que vous. De quoi faire d'horribles cauchemars.

    (Janette) - Que dites vous là. J'aime mes amis. Enfin un peu. Ils sont parfois si arrogants. Et oui, j’aime mes millions. Je l'assume. J'ai travaillé dur pour les obtenir.

    (Jim) - En tant que secrétaire de direction. Enfin, c'est ce que vous nous disiez à l’époque. Alors, laissez moi le loisir de ne pas vous croire. Vous êtes née avec une cuillère en argent dans la bouche tandis que la pauvre Ginette pour manger, elle doit en avaler des couleuvres.

    (Janette) - C'est son problème, pas le mien. Et vous Jan, vous en pensez quoi ? Dans quel camp êtes vous.  Le mien ou bien dans celui de ce misérable révolutionnaire. Parlez donc au lieu de faire cette tête !

    (Jan) - Je suis complétement neutre. A vrai dire j'observe la suite des événements. Car voyez vous, je ne crois en aucune révolution mais plutôt à des changements qui, pour être efficaces, doivent être lentement mais surement intégrés à notre mode de pensée. Ce que j'observe actuellement, c'est une violente charge qui vient de toute part. Les travailleurs s'en prennent aux chômeurs et surtout aux gilets jaunes. Les personnes âgées aux plus jeunes et inversement. Les chômeurs s'en prennent aux riches et les riches détestent tout le monde même les leurs avec qui ils s'allient, se salissent afin de préserver leurs avantages astronomiques. Bref tout le monde déteste tout le monde et le gouvernement au lieu de calmer le jeu, jette de l'huile sur les braises qui s'enflamment et s’enflammeront de plus belles. Tout cela est une question de temps.

    (Janette) - Soit il parle pas, soit il parle trop. Bien ! c'est quoi cette histoire de mariage? Enfin si vous avez fini votre bla bla bla à quoi je n'ai rien compris.

    (Jan) - Au que si, vous avez bien compris. Et non, je n'ai pas fini mais nous verrons cela plus tard. Ok, je vous raconte l'histoire qui aurait dû pimenter nos échanges. Surtout les vôtres.

    Partant du constat que tout vous différenciez mais que tout vous rapprochez, il m’était venu à l’idée de vous marier. Votre différence d'age ? je n'y voyais pas un obstacle. De catégorie sociale ? Cela m'amusait. De tempérament ? Excellent. Vos soirées ne seraient jamais ennuyeuses. Quant à la trame qui devait vous réunir. De quoi faire jalouser les plus romantiques de la Rome antique. Les plus beaux couples hollywoodiens.

    (Jim) - Et pourquoi pas vous Jan. Vous auriez très bien pu vous aussi rencontrer le grand amour sur la toile !

    (Jan) - La peinture c'est pas mon fort et puis, pas sûr que l'on pourrait m'encadrer. Bref, qui ferait attention à moi. Je suis et je resterais insignifiant. Tel est ma volonté.

    (Janette) - Mais alors, pourquoi tout cela ne s'est pas réalisé. Si les choses devaient se passer ainsi pourquoi tout cela n'est point arrivé ?

    (Jan) - Une erreur humaine. Lorsque j'ai fait le ménage sur le blog, des documents dont ceux qui vous, nous concernaient, sont partis à la poubelle. Et dire qu'il y avait déjà eu un précédent. 

    (Janette) - Et nous aurions eu des enfants ?

    (Jim) - Voyons Janette, vous avez passé l'age pour avoir des enfants. Euh, pardon. Je crois que j'ai fait une gaffe.

    (Jan) - Je crois bien. A défaut de gilet vous allez prendre une veste.

     

    Et voila mes amis, ainsi se termine cette laborieuse histoire. Bien peu de choses auront été écrites. Trop de choses auront été dites.

    Un monde plus juste est possible mais le veut on vraiment. Trop de personnes ont tout intérêt a préserver ce déséquilibre. Les riches seulement ? Non. Les gouvernements, Bruxelles ? Évidement. Les syndicats ? Ça va de soi. Certaines associations qui soit disant en passant combattent les injustices, la pauvreté ?  je le pense. Le haut de la pyramide ne voudrait pas voir s'effondrer son édifice. Quant à la presse, après avoir choisi son candidat, elle le défend quitte à se discréditer.

    Enfin, de quoi alimenter des débats constructifs mais ça, c’est une autre histoire...

    JanSheng, le 1 janvier 2019 d'une nouvelle ère... peut-être.

     

    « Les paroles s'envolent, les écrits restent....Avant les gilets jaunes, y avait les jaunes... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :