• Jack l'éventreur : Le sixième crime...


    Londres, Whitechapel
    18 décembre 1888



     

    La ville en pleine expansion industrielle s'apprêtait pour les fêtes de noël.
    Les quartiers riches côtoyaient les taudis, et une atmosphère assez lourde régnait en cette fin d'année.

     

    Nous n'entendions plus parler de Jack The Ripper.

     

    Nous divaguions entre le soulagement et la terreur. Qui pouvait nous certifier que cela n'allait pas recommencer.
    La police avait bien des suspects, mais pour autant aucune véritable arrestation n'avait eut lieu.

    Les femmes osaient à peine sortir la nuit dans ces quartiers malfamés et les choses n'étaient pas prête de changer.
    Les ivrognes, les pickpockets,  les mendiants, tous les miséreux se mêlaient à une foule où les plus riches paradaient dans leurs plus beaux costumes.
    Les pauvres furent  cantonnés dans certains quartiers de la ville, aggravant ainsi la ségrégation sociale.

    Certaines femmes se prostituaient pour survivre dans ce monde hostile car il fallait aussi donner à manger à ses enfants affamés. Tandis que les hommes se tuaient à la tâche pour un salaire de misère.

    Nombreux sombrèrent dans l'alcool, les femmes n'étaient pas épargnées...

     

    En cette fin de soirée, je traversais les ruelles de la ville.
    Policier à la retraite, je n'avais pas pour autant perdu mes habitudes d'observateur, à la recherche du moindre détail qui me permettrait d'anticiper le crime.

    Quelque choses ne tournait pas rond. Les constants allers retours de cet étrange personnage m'interpellaient.

    Il émanait quelque chose d'inhabituel, cela m'en donna des frissons. Je pouvais mettre cela sur le compte du froid qui régnait en ce mois de décembre.

    Les ruelles étaient peu ou pas du tout éclairées, et tout de noir vêtu, il pouvait presque passer inaperçu. Brusquement il s'arrêta....
    Une femme à moitié saoule, titubante, approchait.

    Il devint calme, tapi dans la nuit, aucun de ses membres ne semblaient bouger .

    Il se jeta sur elle , en poussant un cri effroyable. Un hurlement à vous glacer le sang, puis un deuxième cri, celui de la victime, tout aussi terrifiant.
    Que venait elle de voir ? Le monstre ou la mort. Et si tout simplement ce fut la souffrance, d'une chair que l'on entaille au plus profond. Il fallait que j'intervienne pour que cesse le calvaire de la malheureuse victime.
    Il était incontestable que je me retrouvais face à Jack The Ripper.

    Je fondais sur lui, tel un fauve, toutes griffes dehors.La lutte fut d'une violence inouïe.

    J'assenais de puissants coups de poings à mon adversaire.

    Je sentis la pointe d'une lame sur mon bas ventre, cela réveilla en moi l'instinct de bête sauvage.C'était lui ou moi.

    Je poussais à mon tour un hurlement, et je pris sa nuque entre mes mains.

    Je serrais si fort que je crus que j'allais exploser. Je serrais de plus en plus fort. J'entendis des os craquer. Son corps devint flasque et je le laissais tomber à terre.
    Deux cadavres gisaient sur le trottoir dans une mare de sang. J'allais enfin savoir qui se cacher derrière le surnom de Jack.
    A la vue de son visage mes jambes se dérobèrent. J'étais en présence d'une femme...

    Qui aurait pu le croire. Dans nos phantasmes, nous imaginions qu'il pu être un proche de la famille royale, on avait bien vu un fiacre avec des armoiries, d'autres émirent l'hypothèse d'un chirurgien devenu fou ou d'un autre agissant par vengeance...mais une femme qui aurait pu l'imaginer.
    Je m'écroulais sur le sol et c'est ainsi que la police nous découvrit.

     

    ****************

    - Mister Jones ! Je vous conseille fortement d'oublier toute cette histoire.

    - qu'est ce que vous me racontez là, les habitants sont en droit de connaître la vérité.

    - mister Jones Samuel , vous ne m'avez pas bien compris ! Ce sixième meurtre n'a jamais eu lieu. Est ce clair ?...

    - nom de dieu !l  et en quoi cela devrait il se passer de cette manière. Les journaux doivent publier l'information....

    - savez vous qui était The Ripper ? Une aliénée. Ancien chirurgien, elle fut renvoyée pour des pratiques douteuses commises sur des cadavres.

    Que voulez vous que l'on dise aux gens, que la police fut incapable d'arrêter une " simple femme ". Vous voulez foutre le bordel ? Certains n'attendent que ça.

    Vous voulez que la pègre règne sur la ville et qu'elle devienne un repère de voyous et de monstres ?

    - je me fous complètement de vos balivernes, demain je préviens la presse et....

    - allez y ! racontez leur la vérité! Vous oubliez que Jack est... le fruit de la presse.
    Les ventes de journaux ont littéralement explosé, ils ont gagné beaucoup de livre sterling grâce à lui...
    Ils ont exagéré les faits, créé une atmosphère en parlant de smog imaginaire. Rajouté des détails inexistants,  et vous pensez qu'ils seraient assez fous pour dévoiler la vérité !

    - mais...

    - mais...rien de plus, mon vieux. Ou vous la fermez, ou je m'occupe personnellement de votre cas.
    Dans six mois, un an, Jack l'éventreur ne sera qu'un lointain souvenir. Et pour les siècles à venir, il y  aura toujours quelqu'un pour écrire qu'il détient la vérité, qu'il aura su déchiffrer les clés de l'énigme, mais qui pourrait penser à.... une femme.

     

    Antoine

    « Ce matin, un chasseur, a tiré sur un loup....Etre ou ne pas être élu : là est la question.... 1/2 »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :