• La ronde des chiffres (en Noir et Blanc): L'ange gardien

    00h00mn: Le début ou la fin ?

    *Samedi 15 décembre 2007

    15h46mn
    Le portable sonne, une minute d'inattention, je perd la maîtrise du véhicule et me voila plongé dans le décor. Le choc, un vacarme d'enfer, les vitres qui explosent en mille morceaux.
    Je respire encore, faiblement, douloureusement...
    Le froid m'envahit. La neige devient rouge. La tôle est éclatée. Les roues tournent dans le vide. Un peu partout des lambeaux de chair.
    Une femme pleure. Elle me tient la main. Le moteur de son véhicule ronronne au loin. Sur son visage, la détresse...
    Le noir et le blanc. Le vide et la lumière, l'obscurité et la douceur puis....le silence.

    15h32mn
    Une route, blanchi par la neige, de chaque coté des arbres .
    Les nuages cotonneux sont encore présents, des oiseaux volent à l'horizon .
    La route est glissante. La neige est belle mais dangereuse.

    15h29mn
    Je regarde le paysage. La joie de te retrouver. Le lecteur CD qui lit, et qui nous lie. Cette balade que nous aimions chanter. Nos projets voyaient le jour.
    Un bébé ? Pourquoi pas. Fille ou garçon, peu importe. Ce sera le fruit de notre passion.
    Tiens, les flocons de neige s'arrêtent de tomber.
    La route est dégagée. Je m'impatiente, j'accélère...

    15h17mn
    En bordure de route, un étang. Le reflet des arbres et du ciel jouent avec les ondulations de l'eau. Poussées par un léger vent, les branches dansent au rythmes de la saison.
    Est ce la vue de ce train qui me remémore ces vacances en Italie.
    Nous scellions notre rencontre. Nos cœur ont chaviré dans un océan d'amour.
    La naissance des sentiments, l'abandon de la solitude.
    Je broyais du noir, tu m'offrais la pureté.

    15h01mn
    En voyant le pont où passe un train, je me dis que j'aurais certainement mieux fait de le prendre; je suis un peu crevé, la semaine a été si difficile...
    A part ça ? tout va bien, je garde bon pied bon œil...
    C'est qu'il va vite, il m'a déjà largué. Si j'essayais de le rattraper. Allez, c'est pas le moment de déconner...

    14h52mn
    - Oui, chérie je suis bientôt arrivé.
    Je suis en train...non, je ne suis pas dans le train, je voulais dire que je sortais à cet instant de la boite à gant une photo de toi.
    T'es merveilleuse. J'adore ce tirage noir et blanc.T'es vraiment photogénique. Je serais tenté de dire que t'es encore plus belle sur papier. Si, si, je suis sérieux. Mais je te préfère en vraie, grandeur nature. Encore quelques instants et je pourrais te le dire de vive voix.
    T'as vraiment un sacré sourire. Bisous, à tout a l'heure. Oui, moi aussi je t'aime...


    *Samedi 08 décembre 2007

    12h50mn: une semaine plus tôt .
    Pierre, je viens d'avoir mes parents au bout du fil, je te les présente dimanche prochain. Si tu savais comme je suis heureuse.
    09h48mn
    Endormie sur le canapé, je te regarde avec tendresse. Dans quel songe erres tu ?
    Je prends quelques clichés de toi. Photos pudiques, mais si sensuelles. Les courbes, les lignes souples de ton corps, se dessinent parfaitement sur le fond blanc du drap.
    L'exposition est parfaite, ni trop sombre, ni trop lumineuse.

     

     

    ********


    Les chiffres font une ronde, virevoltent et dansent au rythme des tambours.Rien ne les arrête. Encore moins le destin....

     

     

     

     

    ********


    *Samedi 15 décembre 2007
    Les chiffres défilent : jeux de l'amour et de la mort.

    00h00mn
    14h52mn
    15h01mn
    15h17mn

    Les chiffres tournent sur la grande roue de la vie : un Ange frappe à la porte.

    15h32mn
    15h29mn

    "Dans le silence de l'hiver, je veux revoir ce lac étrange,
    Entre le cristal et le verre où viennent se poser des anges."
    (Robert Charlebois)

    Les chiffres ont fini leur ronde infernale : l'ange est à mes cotés

    15h46mn
    Le portable sonne, je fais un geste en sa direction...je préfère renoncer, mon regard se pose à nouveau sur le bitume.
    La nature sous son blanc manteau neigeux est d'une beauté extraordinaire.

    17h03mn
    Tu es là, tu m'attends. Enfin nous voila réunis, le paradis sur terre...

    Aucune fatalité, tout est calculé...



    Antoine le 16 octobre 2009

    « Une ombre au tableau : le clair obscur« Monsieur et Madame Enfant ont deux filles, comment s'appellent-elles ? »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :