•  

    Souvenez-vous, il y a une éternité : Extrait de l'article pubié le 11/01/2009 à 10:28

     La fin des juges d'instruction 




    Jim Carlson n'a qu'une hâte, quitter cette planète et rejoindre son monde d'origine : la planète Terre.
    Le menton posait sur sa main gauche, le regard perdu devant ces lettres qui s'alignent pour devenir des maux : il doute. Serait-il était condamné à vivre dans l'enfer de ce monde parallèle ? Car tout ça n'est qu'un début et il le sait...

    Qui est jim Carlson ? D'où vient il ? Peut-être (je dis bien peut-être) et si le temps me le permet, le mystère sera levé.


    Souvenez-vous, il y a une éternité mais qui peut-être aujourd'hui : Extrait de l'article pubié le 01/02/2009 à 19:15

    Un jour la terre 

    La science économique, création de l'Homme, pourrait servir sa cause. Mais force est de constater qu'elle est plutôt l'objet de toutes les convoitises. Elle explique bien des choses, sans jamais résoudre les problèmes.
    De nos jours des milliards de personnes meurent de faim ou vivent dans des conditions effroyables. Et pourtant la planète est riche, très riche. Nous vivons sur un véritable paradis terrestre.

    Seulement voilà, le pouvoir rend fou, à moins que ce soit les fous qui détiennent le pouvoir.
    Alors, nous assistons à un véritable désastre sans rien faire ou si peu.
    La faune est massacrée. Des espèces animales et végétales sont purement rayées du grand livre de l'Histoire Humaine.
    Qui se souviendra de ces éléphants peuplant la terre. De ces plantes possédant le pouvoir de nous soigner et qui poussaient dans les fins fonds d'une forêt.
    Nous pensons même pas à nos enfants. Pire ! nous leur enseignons la meilleure façon d'achever le sale travail entreprit.

    L'Homme est complexe car son histoire est chaotique

    Souvenez-vous, il y a une éternité... mais qui est encore aujourd'hui : Extrait de l'article pubié le 25/05/2009 à 21:09

    Invitation aux funérailles du petit actionnaire

     

     

     

    www.flickr.com - Auteur photo : meantux

     

    Le petit actionnaire place ses économies dans des sociétés, certes pour gagner de l'argent, mais aussi pour les accompagner dans leur croissance. C'est le dernier à quitter le navire en période de crise (version Titanic), à bout de nerf.

    Après avoir aveuglement fait confiance aux banquiers, journaux financiers, voir même aux politiques (ex: eurotunnel), il se retrouve désabusé, sans un rond en poche.

    On le montre du doigt. Il est  incompris de tous.

    Il croit faire une bonne action... qui devient un mauvais placement.

    Et pourtant,  notre économie a besoin de lui (mdr. Il rêve)

    Non, le petit actionnaire n'est pas un spéculateur. Il ne touche qu'une partie infime des dividendes.
    Il ne profite pas des jetons de présence, des gros salaires, des goldens parachute, des stocks option etc.

    Le petit actionnaire est rejeté par les salariés, les syndicats, et la gauche, un peu trop gauche sur ce coup.

    La droite, plus adroite, lui fait les yeux doux pour mieux le plumer.

     

     " Lorsqu'un ami vous demande de l'argent à emprunter, voyez lequel des deux vous voulez perdre " (J. Petit-Senn).

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique