• Manifestation contre la loi travail : le compte n'y est pas

     

    Au cours de l’épisode précédent qui aura réuni des amis de longue date aux idées diamétralement opposées, on aura pu constater que la démocratie est malheureusement une revenante aux allures de fantôme et que la république, à bout de souffle, s’étouffe dans la bouche même de ceux qui sont sensés la représenter.

    (Jan) - Une mauvaise nouvelle pour le gouvernement, la mobilisation ne faiblit pas. Bien au contraire, elle trouve une seconde jeunesse malgré que les lycéens et les étudiants la boudent comme si... cela ne les concernait pas.

    (Jim) - Gouvernement ? A part Valls et de temps en temps une autre personnalité qui dispense, qui met en pratique la méthode Coué sur les médias, je n'entends pas grand monde. A moins que je sois devenu sourd et aveugle.

    (Janette) - Entièrement d'accord avec vous Jim !

    (Jim) - Étonnant ! Attendez que je me pince !

    (Janette) - Désolé Jim si je vous ai, involontairement faire croire que nous étions sur la même longueur d'onde. Tout à fait d'accord sur le fait que tout vos sens sont au point mort. Sans omettre bien entendu, votre manque de discernement, d'objectivité.

    (Jan) - Désolè à mon tour mais, fini le temps où nous parlions durant des heures. Aujourd'hui, dans cette rubrique, nous devons être brefs. Donc le sujet du jour est, si je prends la fourchette basse et haute et si je soustrais le nombre de chômeurs, de gens qui souffrent de la pauvreté, le compte n'y ai pas. Avez-vous une explication sur le fait que ces millions de personnes ne manifestent pas ?

    (Janette) - Tout simplement mon cher Jan ! Les chômeurs sont grassement payés à ne rien faire pourquoi chercheraient-ils du travail ? Quant aux soi-disant pauvres, ils ne le sont pas vraiment. Ils jouent la comédie. Ils tiennent leur rôle de pleureuse à merveille. Je les trouve d'ailleurs très convaincant.

    (Jim) - Je vois les choses différemment et je tiens à préciser que , je vais garder mon calme devant les propos assez provocateurs de Janette.

    A vrai dire, j'ai beau réfléchir je ne vois pas. Vous nous mettez la pression Jan. A peine la question posée, vous souhaitez déjà une réponse.

    (Jan) - On s'en fout de la réponse. Le principal est de soulever le problème. Peut-être que chacun espère s'en sortir et préfère imaginer que la situation de son voisin est bien pire que la sienne.

    Le 20 Mai 2016

     

    (Janette) - Jim ! Je crois que Jan vient de s'endormir. Je ne sais pas à quoi donc il peut rêver mais à la vue de son sourire, ce doit être merveilleux. (Pour le savoir repérez le texte manquant grâce à ce symbole *)

    (Jim) - Espérons alors qu'il ne se réveille jamais. Bizarre cette nouvelle présentation. On va pas même pas au bout de notre pensée !

    (Janette) - Je pense que le but ultime se trouve ailleurs. Patience Jim.

    * (Jan) - ... mais comme je le disais, peu importe la réponse en ce lieu. Ce soir, chacun se couchera et demain matin, la nuit fera place à un monde meilleur, plus juste, plus tolérant, plus aimant.

     

    Pour la seconde histoire saugrenue des non moins ridicules 3 J, sont intervenus :

    Jan : Fâché mais toujours pas facho. Bien que l'on vient de le contacter. Serait-ce le début de la popularité ?

    Janette : Hésite pour choisir son candidat républicain. Une primaire avec autant de prétendant, c'est pas fait pour lui simplifier la vie.

    Jim : Toujours de gauche. Pour combien de temps encore ? La réponse en 2017. Au second tour de la présidentielle, il devra choisir entre Marine le Pen et probablement un candidat des républicains. C'est ça l'avenir de la gauche.

     

    « Loi travail: manifestation interdite La retraite, c'est pas pour demain mais pour quand d'ailleurs ? »
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :