• Pieux sont les vœux de la nouvelle année

     

    Les enfants de l'atome

    Livre I Chapitre 2
    Cycle : les arrache-coeurs (contes et nouvelles du 21 ème siècle)

    "L'amour mutuel, rayonnant, prévenant, expansif, qui ne calcule et ne mesure pas ses témoignages, voilà mon vœu, c'était ma tendance : mais le monde m'a refoulé sur moi-même et restreint à la défensive."
    Citation de Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 2 mai 1877."

     

    Les enfants de l'atome sont là, réunis autour d'un feu de joie qui n'inspire que la désolation. Sont-ils pour autant tristes ? Certainement pas. Joyeux alors ? N'abusons pas, d'autant plus qu'ils sont plus que désabusés. En fait, ils ne recherchent qu'un peu de chaleur, une couverture, que le froid de cette nuit d'hiver, nuit du premier jour de l'année, serait incapable de leur fournir.

    Les enfants de l'atome se racontent des histoires. Si certains essaient d’être drôles, la bande son (Angelo Badalamenti), tout aussi envoutante que déroutante ne peut faire défiler que des images empreintes d'une grande nostalgie et qui s'accordent très mal avec le texte dit.

    Alors ils boivent, ils n'ont que ça à faire. Alors ils fument, tout en sachant que c'est leur vie qui s’évapore un peu plus chaque jour. Un jour peut-être, quand tout ira mieux, ils vivront sainement. Mais en attendant, ils végètent, se laissent aller dans une certaine forme de crasse. D'ailleurs, les plus crasseux d'entre tous, ne sont ils pas ces gens trop propres sur eux, pleins de bonnes manières qui les regardent avec une certaine forme d'arrogance, de mépris !

    Tout à coup, il se passa une chose inattendue. L'un d'entre eux posa une question stupide, une question sortie de nulle part. L'avaient-ils écouté prononcer ses vœux ? Mais qui donc ? A 20 heures ! A la télévision, lui, notre pré.....

    Et tous éclatèrent de rire. Des rires qui devinrent des fous rires au fur et à mesure qu’ils se lancèrent dans un jeu de rôle, un jeu de mime.

    La nuit s’achèvera, le jour lui succédera. De pauvres enfants se réveilleront avec la gueule de bois. Heureusement, le feu ne sera plus que l'ombre de lui-même.

    Une année aura laissé la place à une autre année. Sera t-elle meilleure ? Sera t-elle plus pire ?

    Des larmes, des visages tristes ne peuvent laisser aucun doute sur l'issue tragique des jours à venir mais... l'espoir sommeille en chacun d'eux, en chacun de nous et demain, si nous le voulons bien, demain sera un jour de clarté.

     Antoine le 01/01/2016

    « Un autre regard sur l'envers du décorChansons napolitaines - Italiennes (écoute gratuite) »
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :