• Si j'étais Jayne Mansfield 2/3 (cycle : entrez dans le rêve)

    Il ya des rencontres qui vous troublent et d'autres, qui sont programmées...

    La première, celle qui perturba mon coeur, fut la vue de ma belle geôlière. Elle n'excita pas que ma simple curiosité.

    La seconde fut l'approche de ce gros monsieur qui allait devenir mon ami, et tout comme Laurel et Hardy se rencontrèrent pour le meilleur, nous deux, nous ferions connaissance pour le pire.

    Lorsque ma belle geôlière nous demanda de nous déshabiller je cru tout d'abord à un plaisanterie de sa part. Mais non, elle était d'un sérieux si rigide que ça me coupa la chique et je débandais illico tous mes muscles sans aucune exception. Tarzan redevenait un coquelet.

    Elle nous donna à chacun des tenues pénitentiaires. Mes vêtements étaient trop larges, les siens trop petits. J'avais bien songé à lui demander de les intervertir mais la sueur dégoulinant de son corps et qui trempait intégralement les bouts de tissus... me convainquirent du contraire. De mon coté, je transpirais aussi comme un boeuf tant la chaleur y était insupportable

    "- Dis moi Pedros, sais-tu ce que nous faisons dans cette cellule vêtus comme des prisonniers que dis-je, comme des bagnards...

    - Le bruit court que tu es un escroc. Alors on va te juger pour ton crime.

    - Mais je n'ai commis aucune faute. Je te jure, je suis innocent !

    - Comme nous tous ici. De toute façon, même les plus odieux criminels disent qu'il sont innocents alors, les blanches colombes que nous sommes, sommes salies par leurs mensonges.

    Tu vois le gars là-bas ? C'est un brave type qui parle à peine français...

    - On va quand même pas le mettre en prison pour ça ?

    - Oh non ! Nordine est un voleur de gâteau.

    - Un voleur de gâteau ? Qu'est-ce que tu me chantes là ?

    - Un jour, alors qu'il faisait la queue à la boulangerie pour acheter des gâteaux, il s'aperçut, qu'en vint son tour, qu'il avait oublié son porte-monnaie alors...

    - Alors, alors, alors tu n'as que ce mot à la bouche. Tu n'aurais pas été bijoutier dans une autre vie. " - Votre bague, vous la voulez à l'or ou en argent ?" pffff.... Alors quoi ? il n'a quand même pas arraché la devanture et volé tous les gâteaux histoire de se goinfrer la gueule !

    - Du calme mon ami, si déjà tu craques, je crains le pire... Pour revenir à Nordine, le voleur de sucrerie, cerise sur le gâteau, ils ont les preuves  ! Tout a été filmé ! Il l'a dans le baba. Au fait, savais-tu que les quarante voleurs s'étaient perdus dans la forêt noire ?

    - Je te le dis, sa mésaventure, c'est pas de la tarte. N'empêche qu'on a pas le droit de le mettre en prison pour quelques sucreries. Tiens, ça me fait penser que je devais emmener Madeleine à l'opéra, et qu'en fin de compte j'aurai préféré Charlotte... qui est une véritable marquise, un adorable chou...

    wow !!! Revenons à notre bonhomme de pain d'épice oriental J'espère au moins qu'il aura eu le temps de les apprécier.

    - Tu parles ! il ne les a jamais tenu en main et encore moins en bouche.

    - Elle est bizarre ton histoire et je crois que tu me prends pour un con.

    - Pas du tout ami. Je te jure que c'est vrai ! Nordine faisait la queue tout en matant les gâteaux qu'il allait choisir pour le repas de famille qui devait se tenir en ce dimanche de fête. Quand tout à coup, il s'aperçoit qu'il n'a pas d'argent alors, on en déduit qu'il a dévoré les gâteaux des yeux et qu'il aura ainsi mangé gratis.

    - Fais gaffe Pedros ! là, tu me fous les nerfs en pelote et je vais cogner !

    - Je te dis qu'ils ont les preuves. Les caméras ont tout filmé... de A à Z. Et puis réfléchis mon ami, toi, tu l'as pas commis ton forfait et pourtant, tu es bien là à perdre ton temps à discuter avec un pauvre type comme moi...

    -  Excuse moi Pedros, j'y comprend plus rien. Je crois devenir fou mais avant, je veux savoir pourquoi toi tu es là... Quel crime horrible tu as bien pu commettre.

    As-tu par exemple volé une banque, ou commis un attentat. A moins que tu sois l'assassin d'un président en fonction ! Tu es l'assassin de Kennedy ?

    - Pas du tout mon ami... c'est bien plus grave que ça. Je suis.... non je ne peux te le dire tant j'ai honte de moi.

    - Je cois que tu n'as pas le choix Pedros. Tu es la clé de l'énigme. Je n'ai aucun doute à ce sujet..."

    Suite et fin ici : Si j'étais Jayne Mansfield 3/3 (cycle : entrez dans le rêve)

    JS

    « Si j'étais Jayne Mansfield 3/3 (cycle : entrez dans le rêve)Si j'étais Jayne Mansfield 1/3 (cycle : entrez dans le rêve) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :