• L'idée du jour : publier un journal financier...

     

    Depuis la rédaction de cet article (Janvier 2009), la plupart des journaux financiers ont fait faillite... les uns après les autres. Je vous assure que je n'y suis pour rien.

    La crise financière... pour combien de temps

    CHAPITRE 2

     

    L'idée du jour : publier un journal financier...



     Jim scrute attentivement les dernières séances à la bourse de Paris (19 janvier au 23 janvier 2009 ), et tout à coup, un déclic se produit. Pourquoi ne pas publier un journal financier !

     Partant sur le principe que la bourse perd encore cette semaine 5 ou 6 %, qu'elle est au plus bas depuis de nombreuses années et bien, elle ne peut que rebondir, oui mais... et si la baisse se prolongeait ? Jim se gratte la tête, le front, les sourcils et le visage. Tous les signes d'une certaine nervosité.

    Imaginons malgré tout qu'il crée son journal financier " L'argent en action ". Il pourrait y insérer à chaque page du journal des conseils mais aussi un portefeuille fictif de 15 valeurs types. Si ça monte, on se souviendra des conseils gagnants, et si par malheur cela venait à baisser, il vire le portefeuille fictif et les conseils deviennent plus réservés...et hop, un nouveau  portefeuille fictif apparaît avec des prix de revient beaucoup plus bas .

    Puis il embauche des journalistes financiers qui auront  des avis différents sur les mêmes valeurs. Une seule valeur peut être conseillée à l'achat sur la page 2 tandis que l'avis neutre en page 5 etc. Voir même conseillée à la vente dans le portefeuille fictif ou par l’analyse graphique.

    Une autre méthode consisterait à faire des moyennes à la baisse lorsque la valeur décroche. Sur le papier cela s’avère facile. Par contre le lecteur-investisseur pourra difficilement suivre faute de munitions (argent).

    Le prix de revient deviendrait ainsi si faible (sur le journal) qu'à la première embellie, les valeurs seraient presque toutes gagnantes. Jim pourra  ainsi titrer  en gros : " 90 % de conseils gagnants "...

    Et voila que l'idée du jour pourrait lui rapporter gros. Mais il y a un hic. Pour cela, il faudrait avoir pignon sur rue. Mais aussi connaitre des gens qui pourraient le guider dans ces océans infestées de requins.

    Tout bien réfléchi, le journal, ce n'est pas une aussi bonne idée que ça. Très vite les gens se poseraient des questions :

    - Vous avez vu ce type, il connaît les actions qui vont monter en 2009 !

    - Ah, bon ? qui vous l'a dit ?

    - Ben lui, dans son journal !

    - Vous croyez : Et ce gentleman le dirait à tout le monde ? ça m'étonne ! Généralement, quand une personne connaît les astuces pour s'enrichir, il garde le secret pour lui.

    - Mais c’est pas gratuit tout ça, les conseils, il les vend !

    - D'accord j'ai pigé ! Il nous dit où placer notre argent et lui, il investi dans son journal. Si j'étais à la place du devin, je commencerais par faire des incantations pour faire apparaître des liasses de billets plutôt que du papier journal !

    - Après tout, vous avez peut être raison ! Il faut toujours se méfier car : Parce qu'il y a des magiciens qui vous promettent la lune... Moi, je vous promets le soleil.  Raymond Devos...

     Antoine le 27 Janvier 2009
    « Qui en connait l'enjeu, qui en connait le prixIntouchable : celui qui ne touchera jamais le fruit de son labeur »
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Cath angora
    Lundi 1er Février 2016 à 15:35

    Commentaire provenant du blog : Le monde étrange de Jim Carlson...(27 janvier 2009)

    Qq minutes, pour te lire et en même temps, j'écoute Murat. Je découvre les mélodies parce que sa voix suave me plaît bcp et j'avais déjà entendu qq chansons sans pour autant bien accrochée...

    J'aime cette histoire pour sa morale. En fait, dès qu'il s'agit d'argent, on prend comptant, tout content de pouvoir en tirer un profit !...
    Mais faut-il tjrs envisager plus ? Savoir se satisfaire de ce que l'on a et faire avec c'est déjà une certaine sagesse. Si les plus riches avaient su se contenter, la disparité riche/pauvre serait bcp moins impressionnante.

    Je change de sujet. Puisque tu écoutes des musiques de genre très disparate, j'ai pensé te soumettre un titre que j'ai entendu chez
    Michel Drucker un titre de Abd al Malik ; "C'est du lourd". Je n'aime pas particulièrement le rap, mais j'ai trouvé que cette chanson avait bcp de sens. Si tu as le tps de l'écouter, donne-moi ton avis.

    Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :